2- L’ Hypersensibilité en 5 grandes caractéristiques

par Gaëlle PRO
hypersensibilité burn-out dépression
  •  
  •  
  •  

Bienvenue dans le dossier spécial “Hypersensibilité”
Cet article s’inscrit dans une suite logique en 4 parties
autour de l’hypersensibilité émotionnelle.

(Pour lire les articles suivants, cliquez directement sur les titres.)

1. Mon hypersensibilité, mes émotions, mes emmerdes …
2. L’Hypersensibilité en 5 grandes caractéristiques
3. Hypersensibles, comment gérer ?

4. Hypersensibilité, et si c’était un cadeau ?

Bonus : La gestion émotionnelle de crise en 3 étapes !

Dans le premier volet de cette série, Mon hypersensibilité, mes émotions, mes emmerdes …, je vous présentais une partie de mon monde intérieur, de mon expérience avec l’hypersensibilité et de mon histoire.

Cet article, très personnel, a résonné en vous comme un coup de tonnerre parfois et vos témoignages ont tous été plus émouvants les uns que les autres !

Preuve que, malgré l’infini-absolu des nuances possibles de l’hypersensibilité, certaines grandes caractéristiques sont communes à une majorité des personnes dîtes “hypersensibles”.

J’aimerais donc, aujourd’hui, vous proposer un petit récapitulatif de ces particularités.
La liste est non-exhaustive et son interprétation tout à fait personnelle.

Il y a autant de façons de vivre son hypersensibilité que d’hypersensibles sur terre et mes écrits sont forcément imprégnés de ma propre sensibilité ! Sentez-vous libres d’en faire la lecture qui vous parle le mieux et de transposer (ou pas) à votre propre sensibilité.

L’idée étant plutôt de donner à réfléchir et peut-être de rassurer aussi.

Vous n’êtes pas malades, vous n’êtes pas fous … vous n’êtes pas seuls.

Définition

Pour commencer, que nous dit le dictionnaire sur la définition académique de l’hypersensibilité ?

Sensibilité exagérée ou extrême.
Réaction de défense de certaines plantes contre un parasite, caractérisée par une nécrose des cellules attaquées et une protection des tissus voisins.
État d’un organisme réagissant d’une manière excessive à l’introduction d’un antigène.

(L’allergie est une forme d’hypersensibilité.)

Source : Larousse

Le premier grand Professeur à soulever le sujet de l’hypersensibilité est Carl Gustave Jung, psychanalyste suisse, très célèbre pour ses recherches en psychologie.
Plus récemment ses travaux ont été repris et renforcés par 2 chercheurs sensibles et passionnés par l’humain !

Saverio Tomasella – Docteur français en psychologie et psychanalyste, fondateur de l’observatoire de l’ultrasensibilité.

et

Elaine N. Aron – Chercheuse américaine, psychothérapeute formée à l’institut Jung de San Francisco et à l’origine de la fondation “The Highly Sensitive Persons”.

Tous deux auteurs de nombreux ouvrages sur l’hypersensibilité, ils apportent une véritable bouffée d’oxygène sur le sujet et participent activement à la libération émotionnelle liée à “l’ultrasensibilité”.

Et s’il y a bien un point sur lequel ils sont d’accord c’est que l’hypersensibilité n’est ni une maladie, ni une pathologie, ni une anomalie et encore moins une fatalité.

Selon leurs études, 25% de la population (en Europe) , serait touchée par cette particularité.
Soit 1 personne sur 4 !
(Contre 20% environ aux USA)

Nous sommes donc loin, très loin, d’être des cas isolés !

Et en parler est plus que jamais nécessaire pour s’engager sur le chemin du mieux-être, du mieux-vivre, de la sérénité et de la liberté !

Alors à quoi pouvons-nous reconnaître le degré de sensibilité d’une personne ?

Caractéristiques

hypersensibilité burn-out dépression
Crédit : Rachel Lynette

Profondeur

L’hypersensibilité a cette faculté de donner beaucoup de profondeur à une personnalité.
Un hypersensible n’est généralement pas la personne qui laisse indifférent … à son grand dam personnel d’ailleurs, car lui aimerait beaucoup devenir transparent !

Mais il plait beaucoup ou ne plait pas beaucoup ! Le juste milieu étant plutôt compliqué à viser. 😉

La profondeur dans le sens d’une vie intérieure riche et complexe.
Leur imaginaire est sans borne, dans le bon comme dans le mauvais ! Il ressentent une palette émotionnelle très large et très nuancée.
L’hypersensible a un besoin inconditionnel de SENS dans sa vie, dans ce qu’il fait. Cette quête est permanente.

La profondeur dans le sens de la précision.
L’hypersensibilité est un capteur qui nous permet d’aller chercher des détails que d’autres ne verraient pas. D’aller creuser une situation ou un cas jusqu’au bout.
Une volonté de comprendre les choses dans les moindres détails.

La profondeur dans le sens de la perfection.
Perfectionniste, l’hypersensible vit en permanence avec la peur de décevoir. De ne pas être à la hauteur et d’avoir manqué un détail, une précision.
Son besoin de reconnaissance et d’amour est viscéral et accentue ce perfectionnisme déjà très fort.
Le besoin d’aller au fond des choses, en profondeur, pour approcher la perfection.

Sensibilité sensorielle

L’hypersensibilité est très étroitement liée aussi à ce que l’on appelle l’hyperesthésie ou Allodynie mécanique (à vos souhaits !).

Il s’agit d’une sensibilité accrue des différents sens !

Mon fils et moi-même en sommes touchés. Cela se traduit par une gêne insupportable aux sons trop forts ou trop répétitifs, du bruit de bouche à l’irritante sirène ou gyrophare … le passage d’un scooter ou d’un camion poubelle, le goutte à goutte d’un évier et le tic tac d’une pendule.
Ces sons qui peuvent passer totalement inaperçus pour certains sont vécus comme de vraies agressions pour nous. Je sursaute 150 000 fois par jour !

Anecdote : Pendant un Skype avec Morgane, j’ai interrompu la conversation pour chercher l’origine d’un bruit que j’entendais chez elle. Et qu’elle n’entendait pas 😉
Après plusieurs minutes à chercher, c’était finalement sa pendule.
J’ai entendu sa pendule via Skype … et elle perturbait complètement ma concentration !
Fatalement on en a bien ri 😉

Même chose pour la luminosité. Nous sommes très sensibles aux lumières fortes, aux phares la nuit et aux variations rapides de luminosité.

Très sensibles aux odeurs, nous pouvons reconnaître une personne à son odeur, la sentir arriver avant de l’avoir entendue mais aussi être capables de vomir en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire dès qu’une odeur nous écœure.

Anecdote : J’ai toujours beaucoup fait rire mon entourage parce que je sens l’odeur de l’eau avant de la boire 😉

Le toucher … la moindre étiquette, frottement ou pli devient un supplice.
Des chaussettes trop hautes, trop basses, une ceinture mal ajustée, un lien qui entrave, une caresse … peuvent devenir de véritables empêcheurs de tourner en rond !
Ou comment faire perdre le contrôle et la concentration en 3 secondes 12 !

L’hypersensible évolue plus sereinement dans un environnement calme et en petit groupe !

Sensibilité émotionnelle

Evidemment, je ne peux pas parler d’hypersensibilité sans parler d’hyperémotivité. Mais la sensibilité émotionnelle ce n’est pas que ça.

Il y a 2 formes de sensibilités émotionnelles :

L’hyperémotivité :
La personne dite “hautement sensible” réagira de manière irrationnelle à une émotion.
Quelle soit agréable ou désagréable, l’émotion est vécue puissance 1000.
Souvent jugés pour leur intensité et incompris, les hypersensibles auront vite tendance à refouler les émotions pour se confondre dans le paysage.

L’empathie :
La sensibilité émotionnelle c’est aussi être capable de ressentir les émotions des autres.
Capter une énergie ambiante, une humeur, un détail dans le langage non-verbal des personnes qui nous entourent.
Capter et ressentir comme si c’était la nôtre. Et là aussi, que l’émotion soit agréable ou pas, c’est le même résultat. Exploser de joie avec quelqu’un ou ressentir sa douleur.
Puissance 1000.

Intuition

Le corps physique d’une personne hypersensible est en fait un ensemble de millions, de milliards de micro-capteurs qui analysent toutes les informations visibles et invisibles en permanence.

La sensibilité sensorielle et émotionnelle donnent à l’hypersensible une intuition d’une précision chirurgicale.

Très généralement incapable de justifier ou d’expliquer l’origine de son intuition et en proie à un manque de confiance en soi maladif, ce potentiel est peu ou mal utilisé.
Mais au fond de lui l’hypersensible SAIT.

hypersensibilité burn-out dépression
Crédit : Gabriel Matula

Fatigabilité

J’ai une attention toute particulière à l’écriture de ce chapitre, parce que au delà du tsunami émotionnel que représente l’hypersensibilité, l’une des conséquences directes est la fatigabilité.
Qui en fait donc un trait de caractère associé sans détour à la personne hypersensible !
Et j’ai particulièrement subi cet état pendant des années … au point de faire 2 burn-out en 7 ans.

Fatigue physique et psychologique.

Dans mon interview avec Elisabeth Aubret sur l’hypersensibilité désencombrée, je vous parlais d’hyper-stimulation.
C’est tout l’objet de mon travail aujourd’hui. Faire baisser l’hyper-stimulation.

Lorsque vous avez des millions ou des milliards de capteurs partout.
Lorsque vous ne savez pas prendre une information sans la décortiquer, l’analyser et chercher à la comprendre.
Lorsque votre cerveau est en hyper-vigilance permanente.
Lorsque votre monde intérieur vous invente des scénarios du matin jusqu’au soir et du soir jusqu’au matin sans interruption.
Lorsque votre corps physique doit gérer une vague émotionnelle de l’envergure d’un tsunami plusieurs fois par jour.
Lorsque votre corps émotionnel navigue de très très bas à très très haut autant de fois par jour.
Lorsqu’en plus des vôtres vous captez et vivez les émotions des autres, toutes sans exception.
Lorsque le moindre son est une agression.

VOUS-FA-TI-GUEZ ! Et c’est normal !

Qui dit fatigue, dit irritabilité, susceptibilité, agressivité … émotivité, hyper-émotivité et c’est donc le serpent qui se mord la queue.
L’hypersensible est particulièrement touché par la fatigue chronique et les insomnies.

Vous vous êtes peut-être reconnus dans certaines de ces caractéristiques, vous en avez peut-être d’autres ! Encore plus subtiles …

Je serai ravie de vous lire en commentaire pour continuer de décortiquer ensemble ce super-pouvoir, et dans le prochain article nous parlerons solutions !

Pour gérer la vague émotionnelle et faire baisser l’hyper-stimulation !

N’oubliez JAMAIS que la vie vous a donné un SUPER-POUVOIR

hypersensibilité burn-out dépression

Dossier spécial “Hypersensibilité”
Cet article s’inscrit dans une suite logique en 4 parties
autour de l’hypersensibilité émotionnelle.

(Pour lire les articles suivants, cliquez directement sur les titres.)

1. Mon hypersensibilité, mes émotions, mes emmerdes …
2. L’Hypersensibilité en 5 grandes caractéristiques
3. Hypersensibles, comment gérer ?

4. Hypersensibilité, et si c’était un cadeau ?


Bonus : La gestion émotionnelle de crise en 3 étapes !

13 Commentaires

Vous aimerez sûrement ...

13 Commentaires

Jérôme57 21 septembre 2019 - 23 h 09 min

Mon problème est que jusqu’à récemment c’est à dire une semaine je ne comprenais pas mon entourage je me disais qu’il y avait quelque chose qui clochait chez moi je m’investissais énormément envers les autres; je déteste l’injustice et j’ai besoin de m’éloigner régulièrement par peur de m’intoxiquer car je n’arrivais plus à gérer mes émotions. A plusieurs reprises cela c’est retourné contre moi. Plusieurs fois des rencontres m’ont intoxiquer souvent ils prenaient le faite que j’aidais trop les personnes et qu’ils pensaient que j’étais amoureux de ces personnes. On en vient à rejeter ces sentiments personnels et s’isoler car incompris… Les amis pareil je préfère qu’ils restent à une certaines distance et il m’arrive de couper les ponts car ça me rassurai. Aujourd’hui j’ai 44 ans et je me passionne pour des domaines ou je n’ai pas trop de contact l’informatique, les randonnées, les jeux de stratégies…
Je n’ai jamais su trouver ma place au travail du coup je fais encore de l’interim mais au final je me suis petit à petit accepter tel que je suis les bon comme les mauvais côtés

Répondre
Joanna 16 mai 2019 - 13 h 01 min

Je retrouve beaucoup mon fils de 4 ans dans cet article. Mais je ne sais plus comment l’accompagner dans tout ça…

Répondre
Gaëlle PRO 16 mai 2019 - 14 h 47 min

Bonjour Joanna,
A 4 ans votre fils est encore immature émotionnellement parlant, il ne gère pas vraiment. Déjà adulte c’est difficile … alors enfant …
Je publie le prochain article ce soir ou demain matin maximum, il est essentiellement écrit pour des adultes mais vous pourrez y piocher des idées pour votre p’tit loup.
Le meilleur conseil que je puisse vous donner c’est de l’accueillir avec toute la patience du monde dans ses crises.
Lui ouvrir les bras et proposer un espace sécuritaire dans lequel il puisse vivre son émotion sans jugement et sans forcément parler. Juste accueillir ce qui arrive et laisser décharger !
Je vous envoie tout mon amour,
Courage,
Gaëlle

Répondre
Julie Leveau 16 mai 2019 - 11 h 40 min

Bonjours article au top! Si cela pouvais faire comprendre à ma famille. .
Alors moi je rajouterais les troubles alimentaires liée je pense aux trop p’ein trop de fatigue,et la c’est le mode anorexie avec des phases boulimiques mais sans vomir ou autres.. Et les aliment odeur texture que j’aime je ne mangerais que ça si je m écouter

Répondre
Gaëlle PRO 16 mai 2019 - 12 h 25 min

Merci beaucoup Julie ! Contente que l’article t’ait plu !
Et merci pour ton témoignage, c’est une conséquence que je n’ai pas connu personnellement, mais je comprends bien que l’alimentation puisse être un refuge en cas de trop plein. Comme si on voulait remplacer la douleur par la douceur (boulimie d’aliments plaisirs) ou sortir la douleur à tout prix (anorexie).
Une forme d’expression extérieure du mal-être intérieur.
J’espère que la suite pourra vous aider à vous libérer de tout ça !
A très bientôt,
Gaëlle

Répondre
Clo 16 mai 2019 - 5 h 31 min

Hola Gaëlle! Je me retrouve bien dans la profil..avec en prime une difficulté à communiquer…mon hyperémotivité me bloque…hâte de lire ton prochain article et tes clés pour en faire un ” super pouvoir”. Merci 😉

Répondre
Gaëlle PRO 16 mai 2019 - 12 h 17 min

Hola Chloé, Ah oui ça c’est le deuxième effet kiss cool ! La communication est compliquée lorsque le tsunami émotionnel se pointe !
Ça sort pas (mutisme total) ou alors ça sort en boulet de canon (trop plein) !
La suite arrive tout bientôt (ce soir et demain si tout va bien !)
Je t’embrasse bien fort,
Gaëlle

Répondre
Valentina 15 mai 2019 - 22 h 10 min

Je suis impatiente d’attendre la suite! Car ça m’intéresse énormement. Merci pour l’article!

Répondre
Gaëlle PRO 16 mai 2019 - 12 h 21 min

Avec plaisir Valentina,
La partie solutions arrive aujourd’hui si tout va bien !
A très bientôt,
Gaëlle

Répondre
Marjo 15 mai 2019 - 22 h 05 min

Merci pour cet article, je m’y retrouve à 100%, ça rassure de mettre un nom sur autant de réactions qui paraissent exagérées pour certains (et qu’en effet on finit par cacher pour ne plus se prendre de réflexion désobligeantes, ces réflexions nous atteignant d’ailleurs elles aussi de plein fouet et on ne s’en sort plus)
C’est vrai que je tente pas mal de techniques pour ne plus avoir les larmes aux yeux pour un oui pour un non, pour ne plus me prendre la tête a tout décortiquer, sans arrêt… pour avoir de vraies nuits de sommeil réparateur, en vain.
Je suis impatiente de connaître la suite car moi non plus je ne sais pas comment qualifier ce syndrome étrange…
Merci Gaëlle!!!

Répondre
Gaëlle PRO 16 mai 2019 - 12 h 20 min

Avec plaisir Marjo ! C’est vrai que ça peut vite devenir un vrai cercle vicieux, refouler pour par déranger, déborder parce que justement c’est refoulé !
C’est sans fin si on reste dans ce schéma.
La suite arrive très vite, je m’applique à vous faire ça bien 😉
A très bientôt
Gaëlle

Répondre
Lacarriere 15 mai 2019 - 19 h 03 min

Et bien,TOUS les points que tu as abordé me concernent….
J ai même pu rattacher certains dont j ignorais l origine…
Un seul est défaillant…. Car je fume… Donc l odorat est moyen…

Mais une question, si ce n est pas une maladie…. C est QUOI !?
Ça m agace de ne pas savoir 😂

Répondre
Gaëlle PRO 15 mai 2019 - 19 h 14 min

100% Hypersensible ma chère 🙂 mais ça tu n’en doutais pas je crois !
Je suis une ancienne fumeuse aussi, et j’ai redécouvert mon odorat en arrêtant de fumer ! Et le goût des aliments aussi 😉 j’ai dangereusement augmenté ma gourmandise d’ailleurs !! LOL

Ce n’est pas une maladie, c’est un SUPER-POUVOIR, mais patience, la suite de l’exposé arrive 😉

Bises
Gaëlle

Répondre

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Notre site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Vous pouvez les accepter, consulter notre politique de confidentialité ou tout simplement les refuser. Dans ce dernier cas, nous ne pourrons pas vous garantir une navigation optimale. Accepter Politique de Confidentialité

Politique de confidentialité & Cookies
Pour bien commencer, téléchargez le guide "La magie d'un budget maîtrisé"

En acceptant le guide, vous acceptez également de recevoir nos conseils et astuces, directement dans votre boite email, avec nos Petites Graines mensuelles. Si elles ne vous correspondent pas, vous pourrez vous désinscrire très facilement à tout moment. Nous nous engageons également à ne jamais revendre ni céder vos coordonnées personnelles. Notre politique de confidentialité est disponible en bas de page sur le blog ! Merci ;-)